SOLIDARITE

VANUATU

helping_hands_logo

La situation dans les îles- situations d'extrême urgence

 

Jeudi 19 mars nous avons reçu un message de notre amie Monika, habitant Marseille avec son mari ni-vanuatu Joël. L'île de Matasso se trouve à 3 heures de bateau de Port-Vila. Petite île sans aéroport. Très peu de passages de bateaux d'ordinaire : le seul qui passe est celui qui vient ramasser le coprah. Pour cette raison, la communauté de Matasso installée à Port-Vila dans le quartier de Ohlen a deux bateaux pour assurer la communication avec la petite île. Dès que la mer s'est calmée après le passage du cyclone, les gens de la communauté de Ohlen Matasso sont allées aux nouvelles sur l'île.

Voici le message que Monika nous a envoyé :

 

Nous venons d’apprendre des nouvelles terribles de l’île de Joël : Matasso - Shepherds, un village de 107 habitants, où un petit bateau est passé aujourd'hui. La situation semble terrible. Il y a eu un mort juste au début du cyclone, il y a plusieurs blessés et une dame est morte après le cyclone, car elle a consommé de l’eau ou de la nourriture pas bonne. Plusieurs enfants et adultes sont malades à cause de la nourriture ou de l’eau polluée. Ils sont affamés, ils n’ont plus d’eau à boire depuis plusieurs jours. Une seule maison a tenu sur tout le village, toutes les autres sont à terre. Les gens, parait-il, dorment n’importe où, dehors, en brousse et sur les rochers. Ils sont sous le choc, c’est le deuil, ils sont en pleurs. Les gens d’Ohlen Matasso (un quartier de Vila), qui ont eux mêmes tout perdu, découvrent une situation horrible sur leur île d’origine et ils s’organisent pour y apporter de l’aide. 

 

Monika et Joël avaient commencé depuis quelques jours une collecte de fonds pour aider à reconstruire les maisons de la communauté d'Ohlen Matasso à Vila. Leur entourage en France, en apprenant la situation d'extrême urgence sur l'île de Matasso, a complété cette collecte. Georges Cumbo, directeur de l'Alliance Française s'est proposé pour faire le relais. 700 euros ont été transférés sur le compte de l'Alliance, ce qui a permis d'acheter 20 sacs de riz (dont 10 ont été donnés à la communauté d'Ohlen ainsi que du sucre), de l'eau et des allumettes pour l'île.

 

Les photos suivantes ont été prises lors de la livraison des

premiers secours sur l'île de Matasso. L'île est ravagée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La situation de l'île de Matasso est celle de nombreuses autres îles de l'archipel qui ont été ravagées par le cyclone. Dès qu'on a pu le faire après le cyclone, les aides sont allées sur les grandes îles.

Parmi ces grandes îles, il y a celle de Tanna qui a été complètement dévastée par le cyclone. L'armée française, après un travail d'évaluation de l'ampleur des dégâts et des besoins, a commencé des actions de première urgence. La frégate Vendémière avec un contingent de 25 personnes doit partir pour l'Île de Tanna.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On ne connait malheureusement encore rien de la situation de certaines îles très reculées comme Anatom qui se trouve tout au sud de l'archipel. Il en est de même des petites îles de la province de Torba, tout au nord.

 

D'après l'évaluation qui a pu être menée tant bien que mal cette semaine, il semblerait que les petites îles les plus touchées soient celles du Nord des Shepherds. L'état de Tongoa est catastrophique : l'île a été littéralement rasée par le cyclone. D'énormes dégâts à Emae également.

Un bateau doit partir pour plusieurs jours après-demain sur un voilier rempli de 5 tonnes de nourriture destinées aux habitants de l'île d'Erromango (2000 habitants environ), au sud d'Efate (Port-Vila), qui comme l'île de Tanna se trouvait en plein sur le trajet du cyclone.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laure Buard et Alexis Blanc, 21 mars 2015

Retour aux nouvelles

carte1
carte2
photo0079
photo0076